A venir:

Chers bloggeurs,

Voici le programme des deux articles à venir:

Niveau: 1ère

– « Saint-Pierre-et-Miquelon: ruralité d’outre-mer et dépendance métropolitaine »

Cet article vous fait part d’une autre ruralité, celle d’outre-mer. Nous verrons l’organisation du territoire, la façon dont les hommes s’y comportent, les activités pratiquées,  tout en mettant en lumière sa dépendance économique vis-à-vis de la métropole. Saint-Pierre-et Miquelon, quelles opportunités, quels problèmes, quels enjeux?

– « Différents déserts »

Niveau: 2nde

Lorsqu’on évoque le problème des « déserts » en zone rurale, on pense exclusivement au déserts médicaux. Mais il ne faut pas être hypocrite, de nombreuses tares sont à déplorer: plus d’écoles, de commerce de proximité etc. Nous mettrons cela en lien avec notre théorie qui sera « L’habitat se disperse, l’emploi se concentre ».

Bonnes vacances à tous,

territoireattractif

Publicités

« La fragmentation de la Diagonale du vide »

 

Niveau : 4 ème

I Présentation.

Jusqu’alors, les territoires composant la diagonale du vide présentaient une certaine cohérence. Au cours de ces dernières années, on constate cependant que le XIX è siècle sera certainement celui des fragmentations, avec une mise en juxtaposition de différents territoires n’ayant rien à voir les uns les autres. Quel est le rapport entre les forêts de pins landaises et les vastes plateaux céréaliers de la Région Centre ? Les territoires ruraux sont ainsi unis dans la diversité car ils ont certains points communs et de nombreux problèmes qui restent à résoudre.

II La nouvelle donne géographique

Il est alors permis d’arriver à cette conclusion : socio-économiquement parlant, c’est la concentration de l’emploi dans les petites agglomérations et la dispersion de l’habitat qui cause la première fracture. Inexorablement, les habitants de zones rurales migrent vers les régions dynamiques où dans leur voisinage, rentrant ainsi dans leur sphère d’influence. En France métropolitaine, c’est en Région Centre que le phénomène est le plus visible. Les deux départements dont la situation est le meilleur tant sur le plan économique que démographique, à savoir l’Eure-et-Loir et le Loiret, voient leurs capitales, respectivement Orléans et Chartres, reléguées au statut de villes satellites de Paris plus que jamais et devenir des extensions du proche Bassin Parisien plutôt que de véritables pôles. Là encore, cette donne est catastrophique pour les zones rurales : elles  perdent les potentialités de villes qui auraient pu être très utiles à leur développement. Maigre consolation, le taux de chômage diminue de façon générale. Plus au sud, Châteauroux ne domine que le bas Berry. Pour résumer, l’hétérogénéité de la région ce résume dans son patronyme : comment peut elle prétendre à cette dénomination en n’étant ni le centre économique ni démographique du pays ?

III Des stratégies de développement nouvelles.

Devant l’inefficacité de diverses solutions de développement et de désenclavement classiques, à savoir le tourisme rural parfois un mirage, autoroutes qui coûtent plus que ce qu’elles rapportent, ou encore interrégionaltés ayant du mal à se mettre en place même si certaines n’ont rien à perdre (Auvergne-Limousin), certaines régions à dominante rurale, dont la Région Centre (avec le CBD de Châteauroux élaboré grâce à des capitaux chinois) ont  choisi de miser sur l’ Europe ou l’international, une stratégie mise en place par certaines régions transfrontalières avec succès, notamment en Lorraine( PED Trois Frontières Pétange-Aubange-Longwy). Le pari semble tout aussi risqué que prometteur. 

L’aménagement du territoire par les autoroutes(A 75)

 

I Présentation.

On le sait, les autoroutes sont des voies de communication rapide qui permettent de déplacer un maximum de biens, de services et de personnes en un minimum de temps. C’est dans cette optique la qu’a commencé le désenclavement de certains territoires, souvent situés dans la « diagonale du vide ». L’exemple de l’A75, située dans le Massif Central, séparant Clermont-Ferrand de Béziers, est le type même de l’utilisation  d’une autoroute comme outil de désenclavement d’un territoire rural.

II L’A 75: Pourquoi?

a) Le cas particulier du Massif Central

b) Les attentes en termes de désenclavement

c) Réussite ou échec?

d) Un paradoxe ultime

Plusieurs facteurs expliquent  la construction de l’autoroute en cette zone. Tout d’abord, le Massif Central est un territoire sous-développé à l’échelle nationale. Beaucoup de jeunes sont partis, notamment sur Clermont-Ferrand, qui polarise la Région Auvergne, et surtout Lyon, métropole européenne secondaire, où, après avoir fait leurs preuves durant leurs études parisiennes, ils fondent une famille et trouvent généralement un poste attractif dans un délai de temps relativement limité. Cette somme de faits justifie l’âge moyen très élevé des habitants de la région.

En outre, l’économie, dominée par l’élevage traditionnel, n’a plus les moyens de subvenir aux besoins de leurs jeunes classes (20-29 ans). Les emplois, lorsqu’ils se créent, depuis peu dans un tourisme « vert » lié aux volcans d’Auvergne, sont souvent mal payés et saisonniers.Elle est, à ce titre, une « zone rurale fragile » aidée massivement par l’UE et l’Etat et, dans une moindre mesure, par les collectivités.

En outre, le MC est à l’écart de toute voie de communications, dont l’ « Y lyonnais », axe central français. Il manquait donc un véritable essor au MC. C’est chose faite avec l’A75. Par ailleurs, le surnom de l’autoroute « La Méridienne » s’adapte à la structure de l’espace  auvergnat,  où elle commence: méridienne.

Dans le contexte que nous avons évoqué plus haut, les attentes au sujet de l’autoroute sont claires: valoriser les atouts de la région dont le tourisme rural, les thermes de Vichy, etc.

Le Massif Central: au coeur de la « diagonale du vide »

Niveau: 3è

I Présentation.

La « diagonale du vide » désigne une ligne allant du département de la Meuse à celui des Landes.Elle est nommée ainsi en raison de ses faibles densités au km (parfois 6 hab/km). Elle met en avant un déséquilibre fondamental:d’une part la France de l’Est à tradition industrielle (même si les vastes plateaux peu peuplés qui composent le département de la Meuse ne le sont pas tellement) et l’ espace surtout terrien qu’est le Grand Ouest. Cette opposition est moins radicale qu’ auparavant, mais elle existe encore. Le Massif Central est la situation-type de celle de la « diagonale du vide ». En quoi est-ce vrai?

II Histoire et lien avec la nature des espaces.

a) Des territoires ruraux, peu peuplés et à la population âgée.

La diagonale du vide, marquée par l’élevage traditionnel de montagne, reste répulsive, surtout dans le Massif Central, qui continue de se dépeupler malgré les actions d’aménagement du territoire.La DA a toujours été une terre d’émigration. Les tailleurs de pierre du château de Versailles furent limousins dans leur majorité. L’exode rural du XIXè n’a bien sûr pas contribué à endiguer ce phénomène.Aujourd’hui,   les classes d’âge les plus jeunes sont partis chercher des emplois ailleurs et la population reste très âgée en moyenne. Ainsi, c’est dans la Creuse qu’est la moyenne d’âge la plus élevée de France: 45, 3 ans au lieu de 38, 6 pour la moyenne nationale. A noter que la Lozère est le département le moins peuplé de France, avec seulement 77.000 habitants,  capables d’être contenus dans le Stade de France qui, lui, a une capacité de 80.000 places.

II Un espace peu structuré avec quelques atouts.

Il manque à cette portion de la diagonale du vide une certaine cohérence urbaine, ce qui la paralyse. Seule Clermont- Ferrand parvient à masquer à peu près les difficultés démographiques de la région avec 138.588 habitants. De nombreux axes de communication,  dont l’ A75, crée pour désenclaver le MC, traversent le territoire sans réellement de desservir. Pourtant la Région Auvergne dispose, de par sa situation au centre du territoire français, d’une position qui lui permet de faire rejoindre en peu de temps l’ensemble de la France et de l’Europe. Les axes de transport d’Europe du nord sont surchargés, et le Massif Central et ses environs pourraient profiter de leur saturation et ainsi contribuer à un basculement radical du centre de gravité du territoire français et de l’UE.

III Le poids de l’agriculture.

Comme nous venons de le voir, le MC a tout pour être un espace à dominante agricole. En effet, 56/100 du territoire auvergnat est consacré à l’agriculture (surtout élevage et céréales), un secteur qui occupe 5,2/100 des actifs de la région en date du 31 décembre 2008,  contre seulement 1,7/100 pour l’ensemble de la France. L’élevage est surtout bovin, et marginalement ovin. Cette dernière donnée ne doit pas laisser penser que le modèle agricole est le même qu’en Bretagne, car le système est demeuré à l’écart du progrès industriel.

IV Le tourisme, secteur-clé de l’avenir?

Les atouts touristiques du Massif Central sont à souligner. Le thermalisme est célèbre depuis longtemps,et, plus récemment,  un tourisme volcanique se développe, comme en témoigne le parc d’attractions naturel « Vulcania », visité par 40.000 visiteurs cette année. Autre satisfaction: les visiteurs affluent de l’intégralité de la France et non seulement des régions Auvergne et Limousin. La branche du tourisme volcanique est donc de plus en plus organisée et connait une croissance rapide et apparait donc comme une séduisante perspective d’avenir.

V Développer la recherche

Le site de la Région Auvergne, avec des données à la pointe de la précision, notamment sur l’agriculture. Très intéressant et sérieux, outils très faciles à utiliser et à comprendre. Idéal pour étudiants.

Site du parc d’attractions Vulcania, présentant surtout ses aspects ludiques et commerciaux.A consulter.

L’auteur


Lycéen de 1° L  intéressé dès ma classe de troisième par les territoires ruraux et m’interrogeant sur leur avenir au sein d’une société de plus en plus urbanisée et une économie mondialisée, j’ai décidé de créer ce blog grâce au soutien de quelques personnes, dont une était extérieure à ma famille. L’opinion est apolitique et ne considère que les aspects économiques, sociaux, démographiques et physiques de ces espaces.

C’est au jour-le- jour que ce penchant pour le développement des territoires c’est constitué. J’ai commencé par lire mes cours, mes livres de classe, puis j’ai décidé de créer ce blog afin de partager mes connaissances avec tous.

Attiré par l’aménagement du territoire en général, je décide de cibler mes recherches sur les territoires exclusivement ruraux au cours de ces trois derniers mois. Ce blog est l’aboutissement de mon travail, et j’espère pouvoir le partager avec vous afin que la ruralité ne tombe pas dans l’oubli.

Je tiens à remercier tous ceux qui m’aident dans la réalisation de mon projet, sans qui rien de tout cela ne serait devenu possible.